LOURDEUR ET EFFORT OU LEGERETE ET JOIE POUR SUIVRE LE CHEMIN QUI CONDUIT A L’OBJECTIF ?

29 avril 2016

Article paru dans Arcturius

Pourquoi nous soucions-nous tant de l’objectif à atteindre alors que c’est juste le chemin qui nous mène à l’objectif qui importe ?

Vouloir atteindre l’objectif fixé, le rêve à réaliser, met dans une situation de stress et nous projette uniquement dans l’avenir. Nous  nous privons alors  d’un élément essentiel « vivre le moment présent » et nous souffrons, car aussitôt cet objectif atteint nous nous empressons d’en avoir un autre, sinon nous disons que la vie n’a pas de sens.

Bien sûr, il est bon d’avoir des objectifs, des rêves, mais il y a aussi la vie, tout simplement. Pourquoi cette vie ne nous comble t’elle pas, juste dans ce qu’elle nous offre comme « expériences à vivre sur ce chemin » car il s’agit bien de cela ! C’est comme si un élève de sixième rêvait de pouvoir faire le devoir d’un élève de terminal mais pendant qu’il rêve à cela il ne fait pas correctement le devoir de sa classe qui justement va le préparer à faire correctement ce devoir de terminal. Et s’il continue ainsi, le jour où il arrivera en terminal, il ne pourra pas faire un devoir correct car il ne se sera pas entraîné, ainsi va la vie, ainsi va notre apprentissage avec notre maître à tous, LA VIE.

A quoi donc cela nous sert-il de toujours regarder devant, est-ce une fuite ? Refusons-nous inconsciemment de profiter de la vie ? Est-ce pour oublier un passé douloureux ? De nombreuses hypothèses peuvent être identifiées si nous nous donnons la peine d’y réfléchir.

Regarder avec bienveillance cette partie de nous qui échappe au présent, c’est se donner le droit de vivre sa vie simplement, sans avoir quelque chose à prouver, sans avoir à regretter quoique que ce soit du passé, sans avoir de la culpabilité de ne pas faire « ce que l’on doit faire ».

Qui est cette part de nous qui nous pousse en avant ? Est-ce une croyance profonde qui nous gouverne sans notre autorisation et donc nous manipule ?

D’où vient cette croyance ? De notre histoire familiale, de notre éducation, de nos dernières incarnations ?

Dans tous les cas, nous devons dépasser cette croyance qui fait fonction de gouvernail dans notre vie, la plupart du temps à notre insu.

Le passé est là pour nous avoir donné la force d’avancer et d’être là où nous en sommes, en ce sens il est parfait mais arrêtons de nous y accrocher, c’est une perte de temps souffrante et vivons plutôt dans la découverte et la joie de ce que la vie nous donne chaque jour, comme un merveilleux moyen de grandir encore et encore, pour un jour passer dans la « classe supérieure » !